5G : enjeux politiques

German flag.png
swiss-flag.png

DEUTSCH

Nouvelle votation.JPG

5G : nouvelle votation -- DANGER !

5G : neue Abstimmung - GEFAHR !

Motions cantonales 21.305, 20.309 et 20.314

LETTRE COMMUNE DES ASSOCIATIONS "SCHUTZ-VOR-STRAHLUNG", "STOP 5G" ET "JURA NON 5G" AUX PARLEMENTAIRES :

Report de l'introduction des ondes millimétriques pour la téléphonie mobile (5G)
 

Alors que les discussions en Suisse se poursuivent au sujet de la 5G adaptative, les fabricants d'antennes se préparent déjà à l'arrivée des nouvelles ondes millimétriques. Ces dernières n'ont pas été autorisées en Suisse par le Conseil fédéral par le passé. En outre, il est important de rappeler que la population rejetterait la 5G avec les fréquences actuelles, s'il y avait une votation. De manière générale, les citoyens y voient un grand risque et un faible avantage personnel. Ce positionnement est encore plus clair du côté de l’industrie : seules 2,8% des entreprises interrogées voient une opportunité dans la 5G. La population est encore plus critique vis-à-vis des ondes millimétriques.

 

Les risques liés à la transmission de données par ondes millimétriques ne peuvent aujourd'hui pas être réellement évalués. On sait seulement que les antennes à ondes millimétriques doivent émettre un faisceau beaucoup plus puissant pour couvrir la même distance que les fréquences actuelles. En même temps, les ondes agissent sur le corps et le vivant d'une manière nouvelle, mais on ne sait encore que peu de choses sur les conséquences de cette action. La newsletter émise par BERENIS début 2021 ne laisse cependant que peu de doutes : les RNI ont des impacts au niveau biologique et sur la santé notamment le stress oxydatif (effets non thermiques), et ce déjà au niveau d'exposition actuel.

 

Ainsi, la probabilité d'occurrence de dommages pour la santé et l'environnement est peu claire, mais le potentiel de dommages est énorme en raison de la puissance de rayonnement.

 

D'un point de vue éthique, social et économique, il convient dans ce cas d'accorder la plus grande attention à la prévention, et au respect le principe de précaution. Car il faudra encore attendre quelques années avant de pouvoir faire de premières déclarations factuelles sur les effets des ondes millimétriques.

 

Parallèlement, les opérateurs de téléphonie mobile veulent, selon leurs propres déclarations, commencer à introduire les ondes millimétriques dès 2024, ce qui augmentera prochainement la pression sur la Confédération. Même si les besoins de la population et de l'industrie sont pour ainsi dire nuls, les opérateurs de téléphonie mobile tentent de créer de nouveaux besoins artificiels en mettant à disposition de nouvelles technologies énergivores, alors que la Confédération appelle aux économies d'énergie.

 

Pour cette raison, il est vivement conseillé au Parlement de se prononcer en faveur d'un ajournement temporaire de cette technologie. Ce n'est qu'ainsi que les clarifications nécessaires pourront être effectuées et que la confiance de la population pourra être retrouvée.


Merci de voter OUI au moratoire sur les ondes millimétriques.

Nous vous remercions de votre engagement.

Le Parlement modifie les valeurs limites de rayonnement en adoptant la Motion 20.3237 à la SESSION du 17 JUIN 2021!

Pour faciliter le déploiement de la 5G, le lobby des télécoms a poussé pour que le Parlement adopte lors des sessions de juin 2021 une des options 4 ou 5 du rapport de l'OFEV, qui demande une augmentation des valeurs limites de 5 à 6V/m à 11.5V/m ou 20V/m.

La publication de « l’aide à l’exécution » de l’OFEV le 23 février 2021 autorise déjà les antennes adaptatives 5G à émettre jusqu’à dix fois plus fort, grâce aux facteurs de réduction, sans changer les valeurs limites actuelles. Ce qui équivaut déjà à des immissions de 16 à 19V/m. Si on augmente encore les valeurs limites à 11.5V/m ou même 20V/m, cela voudra dire des immissions de respectivement 36V/m pour l’option 4 et 63V/m pour l’option 5, pour des antennes adaptatives à 64 éléments (64T64R).

Le but est de permettre de déployer la 5G avec moins d'antennes ajoutées mais beaucoup plus puissantes, au détriment de la santé de la population. Sans parler des effets sur l'environnement, la planète, et la société en général.

Les élus, inondés d'informations biaisées, se sont prononcés en faveur de telles augmentations.

Ceci signifie une très grave remise en question du principe de précaution.
 

Le Collectif et Association Stop5G avait envoyé aux élus un mail qui les informait précisément des risques qui découleraient de l'adoption d'une telle augmentation d'irradiation, laquelle est déjà trop élevée en considérant les effets biologiques des ondes émises par le réseau mobile.


Voici les messages que nous avons envoyés aux parlementaires, en français et en allemand.

Voici la liste d'adresses des conseiller(e)s nationaux (cliquer ici). Détails https://www.parlament.ch/fr/ratsbetrieb/abstimmungen/qui-a-vot-comment-au-conseil-national

Un addendum technique en français et en allemand avait aussi été envoyé, pour énumérer les solutions possibles à l'augmentation de trafic de données, qui est l'argument majeur des opérateurs pour justifier le déploiement de la 5G. Un second addendum concernant l'aspect consommation électrique de la 5G a également été envoyé (voir ici en français).

Malheureusement cela n'a pas suffi.

Le résultat est 50% de oui en faveur de l'adoption de la motion, 39% de non, et 9% d'abstentions.

Néanmoins, Mme Sommaruga assure qu'il n'y aura pas d'augmentation des valeurs limites...?

Nous vous encourageons à écrire à Mme Sommaruga pour lui faire part de votre inquiétude concernant de possibles augmentations drastiques du rayonnement, au mépris des promesses qui nous avaient été faites.

 

Extrait d'une présentation de Swisscom

Swisscom, 5G et limites augmentées (trad
German flag.png
swiss-flag.png

DEUTSCH

 

GEFAHR : Parlament ändert Strahlungsgrenzwerte
MOTION 20.3237 - ABSTIMMUNGEN AM JUNI 2021

Um die Einführung von 5G zu erleichtern, drängt die Telekom-Lobby darauf, dass das Parlament im Juni 2021 eine der Optionen 4 oder 5 des BAFU-Berichts annimmt, der eine Erhöhung der Grenzwerte von 5 oder 6V/m auf 11,5V/m oder 20V/m fordert.

 

Mit der Veröffentlichung der "Vollzugshilfe" des BAFU am 23. Februar 2021 können adaptive 5G-Antennen dank Reduktionsfaktoren bereits bis zu zehnmal lauter senden, ohne dass die aktuellen Grenzwerte verändert werden. Dies entspricht bereits einer Immission von 16 bis 19V/m. Werden die Grenzwerte weiter auf 11,5V/m oder gar 20V/m erhöht, würde dies für 64-Element-Adaptivantennen Immissionen von 36V/m für Option 4 bzw. 63V/m für Option 5 bedeuten.

Das Ziel ist es, die Bereitstellung von 5G mit weniger, aber viel leistungsfähigeren Antennen zu ermöglichen - auf Kosten der Gesundheit der Menschen. Ganz zu schweigen von den Auswirkungen auf die Umwelt, den Planeten und die Gesellschaft im Allgemeinen.

Gewählte Vertreter, die mit einseitigen Informationen überschwemmt wurden, haben sich für solche Erhöhungen ausgesprochen. Dies ist eine sehr ernste Herausforderung für das Vorsorgeprinzip.

Das Kollektiv & Vereinigung Stop5G hatte den gewählten Vertretern eine E-Mail geschickt, die sie genau über die Risiken informierte, die sich aus der Annahme einer solchen Erhöhung der Strahlung ergeben würden, die bereits zu hoch ist, wenn man die biologischen Auswirkungen der vom Mobilfunknetz ausgestrahlten Wellen berücksichtigt.

Hier sind die Mitteilungen, die wir an die Parlamentarier geschickt hatten, auf Französisch und auf Deutsch. Nationalratmitglieder E-mail Adressenhier klicken.

Außerdem war ein technisches Addendum in französischer und deutscher Sprache verschickt, das mögliche Lösungen für den Anstieg des Datenverkehrs auflistet, der das Hauptargument zur Rechtfertigung des Einsatzes von 5G ist.

Leider war dies nicht genug.

Das Ergebnis war 50 % für die Annahme des Antrags, 39 % dagegen, und 9 % Enthaltungen.

Dennoch versichert Frau Sommaruga, dass es keine Erhöhung der Grenzwerte geben wird...?

Wir ermutigen Sie, Frau Sommaruga zu schreiben, um Ihre Besorgnis über mögliche drastische Erhöhungen der Strahlung auszudrücken, entgegen den uns gegebenen Versprechen.