Actions urgentes

  • TESTS DE "5G FAST" DANS LE CANTON DE VAUD : ECRIRE AUX 9 COMMUNES (ou à certaines d'entre elles) pour leur faire part de votre désapprobation quant à ces tests de 5G "fast" menés sur la population. Ces tests des antennes adaptatives 5G qui envoient de puissants faisceaux d'ondes dirigées sur les utilisateurs, non seulement présentent des risques sanitaires et environnementaux, mais vont probablement servir de prétexte à supprimer les moratoires dans les cantons où ils sont en vigueur.
    Voir page dédiée.
     

  • ECRIRE AU DETEC : pour leur faire entendre votre refus catégorique concernant d'éventuelles procédures facilitées d'installation de nouvelles antennes de téléphonie mobile, en particulier de 5G. En effet, à cause de la situation actuelle de crise pandémique (coronavirus), la charge des réseaux est augmentée à cause du télétravail et aussi des loisirs pour ceux qui ne peuvent travailler. En conséquence, en France voisine l'Etat a mis en place des procédures d'installation facilitées de nouvelles antennes, en particulier de 5G. 
    Vous pouvez aussi profiter de l'occasion pour leur communiquer votre refus catégorique de voir la 5G ou le réseau mobile en général avoir priorité sur le réseau fixe (fibre optique / câble TV / réseau tél).
    Voir à ce sujet l'article publié sur ce site concernant la fibre optique et la 5G
    Adresse mail du DETEC : info@gs-uvek.admin.ch
     

  • ECRIRE AUX CFF : concernant leur projet d'installer des émetteurs et/ou des réflecteurs 5G très rapprochés pour "arroser" les wagons de voyageurs. Voir cet article concernant les détails. Leur dire par exemple que a) ceci est inacceptable pour vous, car selon les statistiques officielles l'irradiation dans les trains est déjà forte actuellement et ceci ne ferait que l'augmenter de manière importante, et qu'en conséquence vous devrez renoncer à utiliser le train pour vos déplacements. Et b), qu'arroser ainsi les wagons n'est pas la solution, et qu'il vaudrait bien mieux placer une "femto-antenne" (répéteur) 3G/4G dans chaque wagon, de manière à ce que les téléphones mobiles se connectent automatiquement sur cette dernière et non sur les antennes extérieures comme c'est le cas actuellement. Cela diminuerait fortement l'irradiation des voyageurs. Voici une partie d'une lettre que les CFF avaient écrite en septembre 2018 en réponse à une demande d'une personne EHS concernant une réduction de l'irradiation dans les wagons : "Les CFF s’efforcent de réduire au maximum l’exposition des voyageurs et des collaborateurs aux champs électromagnétiques. Une grande partie des installations électriques des CFF a déjà bénéficié d’une mise à niveau technique. Les champs électromagnétiques sont également dus à la téléphonie mobile. Les voyageurs souhaitent pouvoir téléphoner à bord des trains sans que leur communication ne soit interrompue. Pour répondre à cette exigence, les CFF ont procédé à l’installation de «répétiteurs». Ces appareils transmettent les ondes via la caisse de protection, améliorant ainsi la qualité des liaisons téléphoniques à bord des trains. Grâce aux répétiteurs, les téléphones mobiles émettent à une puissance 600 fois inférieure. L’exposition des utilisateurs de mobiles et des voyageurs aux rayonnements s’en trouve donc considérablement réduite.". Rappelez-leur donc ceci !
    Adresse mail des CFF : dialogueclientele@cff.ch
     

  • ECRIRE AU DETEC / OFEV / OFSP : pour leur faire part de votre préoccupation de voir les rayonnements non ionisants de la téléphonie mobile augmenter significativement suite au déploiement de la 5G. En particulier, grâce à des astuces de calcul comme celles citées ci-dessous :

    Nouvelle méthode de calcul du rayonnement : Selon le rapport de l’OFEV, ce calcul risque d’être fait par une moyenne sur 24h des émissions des antennes 5G, assortie encore d’un facteur de réduction (prévu: 2.5) pour tenir compte du fait que l’antenne n’émet pas toujours à pleine puissance. Ceci est à nouveau basé uniquement sur l’effet thermique, et n’est même pas acceptable scientifiquement puisque cette méthode autorise d’avoir des maximas très élevés pendant un temps, prétendument « compensés » par des émissions plus faibles le reste du temps, par exemple durant la nuit. On peut donc avoir, comme dans l’exemple ci-dessous, une valeur finale de 5.89V/m (donc dans les normes) avec des maxima très élevés à 25V/m et 57V/m pendant une heure, donc très nocifs.

Concernant cette mesure des rayonnements, le Conseil Fédéral avait en effet communiqué ceci, le 12 mars 2018 déjà : "Il est toutefois envisageable d'adapter les méthodes de mesures et de calcul pour les limites préventives des émissions. Cela permettrait une augmentation modérée de la capacité des sites existants, et cela sans modifier l'ordonnance précitée et en maintenant inchangées les valeurs limites d'immission. Le déploiement initial de la 5G, dans l'attente d'une éventuelle révision future des valeurs limites, sera ainsi facilité." https://www.parlament.ch/fr/ratsbetrieb/suche-curia-vista/geschaeft?AffairId=20185209.
 

L'Office fédéral de l'environnement (OFEV) doit mettre au point ce que l'on appelle des moyens de contrôle permettant de calculer les valeurs de rayonnement des nouvelles antennes 5G. Mais les entreprises de télécommunications et les cantons l'attendent depuis des mois. Fin janvier, l'OFEV a informé les cantons que cette directive techniquement décisive avait encore été repoussée - cette fois pour une durée indéterminée : (https://www.rts.ch/info/suisse/11087263-la-confederation-reporte-indefiniment-ses-directives-techniques-sur-la-5g-.html ).
 

Le Département de Métrologie de la Confédération (METAS, www.metas.ch) a publié un rapport sur la façon de faire des mesures d'antennes adaptatives 5G, mais ce rapport n'est pas utilisable tel quel car certains paramètres de calcul ne sont pas fixés et devront l'être ultérieurement. La méthode préconisée est de plus sujette à caution, car elle ne repose pas sur des bases reconnues au niveau international. Elle peut conduire à une sous-évaluation des rayonnements réels, particulièrement des valeurs crête.En effet, la puissance des faisceaux directifs du «beamforming» des antennes adaptatives pourra être individuellement ajustée de façon à produire 6V/m au niveau de l’utilisateur, ce qui n’est pas du tout le cas à l’heure actuelle, on n’a de telles valeurs que dans les LUS (lieux d’utilisation sensible) les plus proches d’une antenne, et beaucoup moins lorsqu’on s’en éloigne. Globalement cela correspond donc à une augmentation de l’irradiation de la population puisque nous serons irradiés au maximum possible. De plus, cette valeur maximum de 6V/m sera assurée sur la base d’un calcul moyenné sur 24h, avec un facteur de réduction supplémentaire, ainsi que mentionné plus haut, ce qui augmente encore la valeur globale d’irradiation.
 

Il est également important de noter que les ondes électromagnétiques ont un impact prouvé sur l’immunité et en particulier sur les infections virales. La 5G, en ajoutant encore à l’irradiation actuelle comme expliqué ci-dessus, peut donc amener des conséquences fâcheuses sur la santé.

Adresse mail du DETEC : 
info@gs-uvek.admin.ch

  • ECRIRE A VOTRE COMMUNE : pour les avertir des conséquences possibles du déploiement de la 5G sur le territoire communal, les impacts sur la santé et leur demander de ne pas céder aux pressions des opérateurs. Voir document ici. Vous pouvez l'utiliser telle quelle avec une lettre d'accompagnement que vous écrirez en votre nom.

STOP5G

Le collectif "STOP5G" est un rassemblement citoyen pour s'opposer à une mise en place de la 5G sans garde-fou et sans garantie concernant l'impact sur la santé et sur l'environnement. Des études scientifiques indépendantes doivent impérativement être faites sans délai.

  • Facebook
Inscription de soutien (gratuite)

© 2019-2020 by STOP5G |  Termes et Conditions  |  Legal & Privacy Policy